Dans la photo nous voyons le Palais des Papes à Avignon. Pendant le quatorzième siècle il y avait deux Papes dont les idées n'étaient pas identiques. Les décalages ou les désaccords parmi les Chrétiens ne sont pas inconnus et les groupes, ou les parties réclament la connaissance de la vérité.

Dans l'évangile selon St Jean, 18:37 sqq. Jésus dis qu'il est venu pour faire témoignage à la vérité. Pilate lui demande Τι εστιν αληθεια (quelle est la vérité) mais le most grec se dit "ce qui n'est plus caché." Le proclamation de la vérité n'est pa facile.

Dans un autre contexte le problème est clair.
Par exemple les Protestants et les Catholiques réclament la connaissance de la présence réelle lors d'une célébration eucharistique (la messe) qui se dit "Sainte Cène" chez les Protestants - parfois "Le Souper du Seigneur" (supper of the Lord) dans la tradition basse église (low Church) anglicane.

Dans la tradition Catholique ou high church les sacrements sont "ontologiques" c'est à dire réels tandis que pour certains Protestant le présence du Christ serait plutôt la conséquence du rassemblement de la communauté. Accepter la présence réelle n'est pas difficile - car le présence est un fait. Toutefois qui auraient raison ? L'expérience est proche mais les doctrines sont très différentes.

Il faut ajouter que, par le passé, quand nous enseignions les jeunes pour les examens publics, ils étaient lus convaincus par l'incertitude par rapport aux modalités que par une seule explication "agréé" de la philosophie ou de la théologie.


Par rapport à la présence réelle les  connaissances spirituelles partagées par les croyants des grandes traditions sont apparement déterminantes. Nous voudrions propose que la théologie existe pour expliquer et ordonner la connaissance et l'expérience spirituelle plutôt que pour déterminer la dates des  évangiles,  ou reconstruire des textes par exemple., alors que ces capacités sont importantes.

Nous pourrions proposer que le point de départ de la théologie serait l'expérience et que le méthode inductive (un terme philosophique pour le point de départ dans l'expérience, serait souhaitable. Attention ... l'expérience n'est pas cohérente et un système doctrinal qui n'était pas cohérent ne serait pas pris au sérieux. La connexion de l'expérience vécue et la théologie ou la système ecclésial est difficile. D'un point de vie ecclésial nous pourrions explorer ensemble, dans le contexte de la communauté ou des communautés de croyants. Dans un contexte ecclésiastique le coopération serait moins facile.


Parce qu'être Chrétien tout seul n'est pas facile (même pour les appelés à l'hermitage), nous appartiendrons à nos églises avec une solidarité critique. L'église est un endroit de débat et des désaccord. Le recteur de Cuddesdon mentionne les désaccords parmi les étudiants-séminaristes. Compte tenu du mystère on doit vivre avec. Equilibrer l'église, l'expérience et les conclusions théologiques, c’est le travail de notre vivant. La spiritualité est réelle et elle soutient un débat sérieux.
Les église et leurs théologies
Les doctrines des églises chrétiennes comprennent la cohérence interne. Néanmoins le Christianisme, disons, des Protestants et le Christianisme des Catholiques ne sont pas identiques malgré les similitudes. Chez les Catholiques, par exemple, le magistère de l'église se dit de l'autorité de définir et d’enseigner la doctrine Catholique. En travaillant avec les Catholiques nous constatons une cohérence interne tandis que l'église anglicane est une église large dont le high church est plutôt Catholique et le "Low Church" est plutôt Catholique. La première question, c'est devrions nous tous partager les même doctrines, c'est à dire les mêmes croyances ?
Quelques problèmes déjà mentionnés par le Cardinal Newman, par exemple, nous intéresse. Il a rédigé sont Essai sur le développement de la Doctrine Chrétienne," ainsi son ouvrage Sur la Consultation des fidèles à propos les questions de la doctrine. D'ailleurs le consensus fidelium (l'accord des fidèles) serait un aspect important. 
Enfin il y a toujours  une Théologie du bourgeois gentilhomme. Dans la pièce de Molière les aspirations du Monsieur qui voulait devenir gentilhomme n'étaient pas réalisées. Parmi les personnes invitées à soutenir sa transformation il y avait un philosophe. Il mentionnait la prose. Suite à l'explication, le "gentilhomme" découvre qu'il avait toujours parlé la prose Au sein de l'église les laïcs font la théologie sans le savoir, et certaines  données sont  découvertes dans la vie quotidienne.
Pour introduire une Théologie "ouverte."
La théologie et la doctrine