Méditation pour vendredi Saint 2017

Eglise de Thaims

Texte Isaïe 52 : 13-15

Texte Isaïe 53 : 1-12
13Voici que mon Serviteur réussira,
il sera haut placé, élevé, exalté à l’extrême.
14De même que les foules ont été horrifiées à son sujet
– à ce point détruite,
son apparence n’était plus celle d’un homme,
et son aspect n’était plus celui des fils d’Adam –,
15de même à son sujet des foules de nations
vont être émerveillées,
des rois vont rester bouche close,
car ils voient ce qui ne leur avait pas été raconté,
et ils observent ce qu’ils n’avaient pas entendu dire.
1Qui donc a cru à ce que nous avons entendu dire ?
Le bras du SEIGNEUR, en faveur de qui a-t-il été dévoilé ?
2Devant Lui, celui-là végétait comme un rejeton,
comme une racine sortant d’une terre aride ;
il n’avait ni aspect, ni prestance tels que nous le remarquions,
ni apparence telle que nous le recherchions.
3Il était méprisé, laissé de côté par les hommes,
homme de douleurs, familier de la souffrance,
tel celui devant qui l’on cache son visage ;
oui, méprisé, nous ne l’estimions nullement.
4En fait, ce sont nos souffrances qu’il a portées,
ce sont nos douleurs qu’il a supportées,
et nous, nous l’estimions touché,
frappé par Dieu et humilié.
5Mais lui, il était déshonoré à cause de nos révoltes,
broyé à cause de nos perversités :
la sanction, gage de paix pour nous, était sur lui,
et dans ses plaies se trouvait notre guérison.

6Nous tous, comme du petit bétail, nous étions errants,
nous nous tournions chacun vers son chemin,
et le SEIGNEUR a fait retomber sur lui
la perversité de nous tous.
7Brutalisé, il s’humilie ;
il n’ouvre pas la bouche,
comme un agneau traîné à l’abattoir,

comme une brebis devant ceux qui la tondent :
elle est muette ; lui n’ouvre pas la bouche.
8Sous la contrainte, sous le jugement, il a été enlevé,
les gens de sa génération, qui se préoccupe d’eux ?
Oui, il a été retranché de la terre des vivants,
à cause de la révolte de son peuple, le coup est sur lui.
9On a mis chez les méchants son sépulcre,
chez les riches son tombeau,
bien qu’il n’ait pas commis de violence
et qu’il n’y eut pas de fraude dans sa bouche.
10Le SEIGNEUR a voulu le broyer par la souffrance.
Si tu fais de sa vie un sacrifice de réparation,
il verra une descendance, il prolongera ses jours,
et la volonté du SEIGNEUR aboutira.
11Ayant payé de sa personne,
il verra une descendance, il sera comblé de jours ;
sitôt connu, juste, il dispensera la justice,
lui, mon Serviteur, au profit des foules,
du fait que lui-même supporte leurs perversités.
12Dès lors je lui taillerai sa part dans les foules,
et c’est avec des myriades qu’il constituera sa part de butin,
puisqu’il s’est dépouillé lui-même jusqu’à la mort
et qu’avec les pécheurs il s’est laissé recenser,
puisqu’il a porté, lui, les fautes des foules
et que, pour les pécheurs, il vient s’interposer.
Le Christ qui souffre : un aspect de la spiritualité chrétienne répandu au moyen âge
Le Christ en Gloire (ou pantacrator) le tout puissant de l'église orthodoxe de St Nicolas : Grand Junction Colorado
Vendredi Saint était le jour quand certains groupes, par le passé, pensait que le peuple déicide avait choisi la mort de Jésus et la libération de Barabbas. Méleto de Sarde n'était pas le seul qui proposât que Dieu était assassiné par la main d'Israël. Toutefois le Concile de Trente affirme que Jésus est mort pour toute l'humanité. La pensée chrétienne n'était pas toujours cohérente. Aujourd'hui le temps de Carême est suivi par la Passion et le jeûne. Le mystère du Roasire, de la passion et de la croix nous invite à une méditation compliquée, nuancée même. Nous vous proposons une méditation courte dans l'église de Thaims en Charente Maritime le Vendredi Saint 2017. Cliquez ici
Cette page présente les textes de la méditation.
Pour lire la méditation Cliquez ici