On s'interroge parfois pour la religion "populaire." C'est difficile.
Dans l'évangile selon St Marc (cpt 16) nous lisons :
Et (Jésus) leur dit : « Allez par le monde entier, proclamez l’Evangile à toutes les créatures. 16Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé, celui qui ne croira pas sera condamné. 17Et voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom, ils chasseront les démons, ils parleront des langues nouvelles, 18ils prendront dans leurs mains des serpents, et s’ils boivent quelque poison mortel, cela ne leur fera aucun mal ; ils imposeront les mains à des malades, et ceux-ci seront guéris. » 19Donc le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu. 20Quant à eux, ils partirent prêcher partout : le Seigneur agissait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient.
Les documents du Nouveau Testament ne sont pas simples. De plus la philosophie du monde gréco-Romain soutenait la réflexion et le débat sur le "sens de la vie." Newman mettait l'accent sur la religion et l'imagination mais la réussite de l'église chrétienne des permières décennies après la mort de Jésus était remarquable. Toutefois nous avons déjà vu, dans ce site, que le langage ou le vocabulaire de la religion doit comprendre des idées abstraites et difficiles. Pour résoudre le problème on pourrait enseigner la philosophie mais la philosophie ne comprend  pas la totalité du Christianisme avec ses aspects affectifs, spirituels et indicibles.
En outre le débat des premiers siècles sur "la personne du Christ" entame une réflexion sur la Vierge Marie. Dans le xvième siècle l'artiste Piero di Cosimo à fait un tableau sur l'Incarnetion.
Le tableau représente une interprétation assez simple de l'Incarnation ou même de l'Annonciation pour les gens d'une époque qui ne se posait pas de questions difficiles sur le miraculeux ou même sur le bonté de Dieu envers l'humanité pécheresse. Le question fondamentale, c'est Dieu qui est parfait mais qui prend notre nature imparfaite. L'idée était impossible et inconcevable. Curieusement elle était plus acceptable parmi les gens du seizième siècle que chez les philosophes grecs ou néo-platoniciens, ou même chez nous, compte tenu de nos idées et de notre formation qui comporte nécessairement les sciences naturelles. La proclamation de l'évangile à toutes et a tous, c'est difficile 
La Vierge Marie est au centre de la composition avec la main sur son ventre. Le colombe représente le Saint Esprit. Les tableaux étaient le moyen de partager les concepts difficiles. Ils introduisent des concepts dont le partage est difficile.
En arrière plan St Jean (l'écrivain de l'évangile) est à gauche, et St Pierre avec les clés du royaume est à droit.
Sur les collines, à gauche nous voyons les bergers (ceux de la nativité) et à droite la fuite en Egypte
Religion populaire ou religion réfléchi ?