La Vierge Marie

et le 15 août

la fête de l'Assomption
Introduction
Le théologien allemand, Rudolph Bultmann proposait un processus de "demythologisation" des textes bibliques. Pour le principe, c'est le langage religieux,  celui de l’époque de la rédaction. L’interprétation littérale d'un texte rédigé il y a deux millénaires ne représente pas le sens du texte. D'autres théologiens  mentionnent  l'opacité inévitable du langage encadré par des présomptions qui ne seraient plus valables. Les compétences d'interprétation sont "à acquérir."
L'histoire chrétienne comprend la dialectique et les idiomes de d'autrefois. On ne doit pas rejeter un texte pare qu'il ne représente pas les idées modernes ou les connaissances récemment découvertes. Les écritures et les convictions historiques ne sont ni moins ni plus importantes par raison de leur ancienneté. De plus le Christianisme est une religion historique parce que ses adhérents sont fidèles au fils de Dieu qui est né vers le début de notre ère. A la fois l'évolution ou le développement du Christianisme comporte la révélation en continue mais également l'évolution sociale, conceptuelle et contextuelle.
La fête de la vierge Marie reconnaît le rôle de la Mère de Jésus, comme les deux contes de la nativité le reconnaissent dans les évangiles. Ils présentent des points vue plus universalistes (Luc) et plus judaïques (Mathieu). Le Nouveau Testament comporte l'embryon du débat sur  l'Incarnation, voir par exemple  Pour l'accord il faudrait attendre l'an 451 et le concile de Calcédoine.
Cette section s'adresse à la Vierge Marie ainsi qu'à l'Incarnation - la doctrine centrale du Christianisme. 
Nous pourrions lire le texte du livre de Lévitique (14 33 sqq.)  Le passage décrit la" lèpre" des maisons ! A l'époque  on n'avait pas de connaissance du bacille de la Lèpre qui n'était découvert qu'en 1873 par le Norvégien Gerhard Armauer Hansen.

Annonce de la naissance de Jésus

Luc cpt. i
26Le sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée du nom de Nazareth, 27à une jeune fille accordée en mariage à un homme nommé Joseph, de la famille de David ; cette jeune fille s’appelait Marie. 28L’ange entra auprès d’elle et lui dit : « Sois joyeuse, toi qui as la faveur de Dieu, le Seigneur est avec toi. » 29A ces mots, elle fut très troublée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. 30L’ange lui dit : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. 31Voici que tu vas être enceinte, tu enfanteras un fils et tu lui donneras le nom de Jésus. 32Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut. Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; 33il régnera pour toujours sur la famille de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »

Marie et le Disciple bien aimé au pied de la Croix
Le texte page Philippiens 2: 5-11.
Comportez-vous ainsi entre vous, comme on le fait en Jésus Christ : 6lui qui est de condition divine n’a pas considéré comme une proie à saisir d’être l’égal de Dieu.
7Mais il s’est dépouillé, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes,
et, reconnu à son aspect comme un homme, 8il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, à la mort sur une croix.

Ave Maria, gratia plena
Dominus tecum
Benedicta tu in mulieribus ;
Et benedictus fructus ventris tui, Jesus !
Sancta Maria, Mater Dei,
Ora pro nobis, peccatoribus,
Nunc, et in ora mortis nostræ. Amen
Cette page concerne :
  1. Les actes de la Mère de Jésus qui lui donnent naissance qui s'occupe de lui
  2. Les développements historiques et le langage associé
  3. La prise au sérieux de l'histoire et des concepts autres que les nôtres.
  4. La nature sophistiquée de l'Ave Maria et la présentation aujourd'hui.

Θεοτόκε Παρθένε, χαῖρε, κεχαριτωμένη Μαρία
ὁ Κύριος μετὰ Σου
εὐλογημένη Σύ ἐν γυναιξί
καί εὐλογημένος ὁ καρπός τῆς κοιλίας
Σου, ὅτι Σωτήρα ἔτεκες τῶν ψυχῶν ἡμῶν.
Rejouis toi, enfantrice de Dieu, Marie pleine de grâce, le Seigneur est avec toi, tu es béni entre toutes les femmes et le fruit de ton sein est béni car tu as enfanté le sauveur des hommes
Je vous salue, Marie pleine de grâce ;
Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
Priez pour nous pauvres pécheurs,
Maintenant et à l’heure de notre mort
Amen.

La fête de Marie est compliquée. Ci dessous l'introduction esquisse les idiomes et la pensée d'autrefois pour mieux comprendre la métaphore ou l'idiome qui élucide la pensée et l'expérience de l'église primitive.
Le texte de l'épitre aux Philippiens s'agit des perceptions de St Paul. Elles nous conduisent vers la formulation de la doctrine de l'Incarnation. Elle sera unle grand débat des 3ème et 4ème siècles
Le premier chapitre de l'évangile de St. Luc comprend l'Annonciation. Des aspects du texte partagés avec l'Ave Maria introduisent la naissance de Jésus.  l'Ave Maria est citée en français et en Latin. Enfin la page cite la version grecque (Orthodoxe) qui comprend le terme θεοτοκος (le vocatif) qui se dit "celle qui enfanta Dieu." Dans les prochaines pages ii y a une explication de l'évolution des idées et des croyances de l'église primitive.