Il faut réconcilier l'apprentissage formel et informel, l'expérience vécue et l'émerveillement d'être touché par le doigt de Dieu. Il y a des inconnus et des inattendus.
La Bible raconte les inattendus. St Paul, sur la route de Damas, était sûr que son voyage serait pour le bien. Il était surpris, aveuglé, déboussolé et sa vie était changée. Le mot "conversion" imlique le détournement. Toutefois nous ne sommes pas sûrs que St Paul soit converti.  C'est pourquoi il faut connaître les ouvrages des maîtres et des maîtresses de la Prière. Ils diraient qu'ils étaient changés, transformés même par l'expérience et la rencontre avec Dieu, mais ils étaient toujours croyants. En tous cas le voyage de St Paul était pour le bien (mais inattendu)
La croyance et la foi seraient :
La croyance est plutôt intellectuelle tandis que la foi engage une confiance indicible au delà de  intellectuelle. La croyance Chrétienne c'eest en Dieu le Père Créateur et son Fils et le Saint Esprit
Πιστεύομεν εἰς ἕνα Θεὸν Πατέρα παντοκράτορα
ποιητὴν οὐρανοῦ καὶ γῆς ὁρατῶν τε πάντων καὶ ἀοράτων·
καὶ εἰς ἕνα Κύριον Ἰησοῦν Χριστὸν
τὸν υἱὸν τοῦ Θεοῦ τὸν Μονογενῆ,
τὸν ἐκ τοῦ Πατρὸς γεννηθέντα πρὸ πάντων τῶν αἰώνων,
Φῶς ἐκ Φωτός,
Θεὸν ἀληθινὸν ἐκ Θεοῦ ἀληθινοῦ,
γεννηθέντα οὐ ποιηθέντα,
ὁμοούσιον τῷ Πατρί,
δι' οὗ τὰ πάντα ἐγένετο·
τὸν δι' ἡμᾶς τοὺς ἀνθρώπους καὶ διὰ τὴν ἡμετέραν σωτηρίαν κατελθόντα ἐκ τῶν οὐρανῶν,
καὶ σαρκωθέντα ἐκ Πνεύματος Ἁγίου καὶ Μαρίας τῆς παρθένου,
καὶ ἐνανθρωπήσαντα,
σταυρωθέντα τε ὑπὲρ ἡμῶν ἐπὶ Ποντίου Πιλάτου,
καὶ παθόντα, καὶ ταφέντα,
καὶ ἀναστάντα τῇ τρίτῃ ἡμέρᾳ κατὰ τὰς γραφὰς,
καὶ ἀνελθόντα εἰς τοὺς οὐρανοὺς,
καὶ καθεζόμενον ἐν δεξιᾷ τοῦ Πατρὸς,
καὶ πάλιν ἐρχόμενον μετὰ δόξης κρῖναι ζῶντας καὶ νεκρούς,
οὗ τῆς βασιλείας οὐκ ἔσται τέλος·
καὶ εἰς τὸ Πνεῦμα τὸ Ἅγιον, τὸ Κύριον καὶ Ζωοποιόν,
τὸ ἐκ τοῦ Πατρὸς ἐκπορευόμενον,
τὸ σὺν Πατρὶ καὶ Υἱῷ συμπροσκυνούμενον καὶ συνδοξαζόμενον,
τὸ λαλῆσαν διὰ τῶν προφητῶν·
εἰς μίαν ἁγίαν καθολικὴν καὶ ἀποστολικὴν ἐκκλησίαν·
ὁμολογοῦμεν ἓν βάπτισμα εἰς ἄφεσιν ἁμαρτιῶν·
προσδοκῶμεν ἀνάστασιν νεκρῶν,
καὶ ζωὴν τοῦ μέλλοντος αἰῶνος. ἀμήν.

Credimus in unum Deum,
Patrem omnipotentem,
factorem coeli et terrae, visibilium omnium et invisibilium,
et in unum Dominum Jesum Christum,
Filium Dei unicum,
de Patre natum ante omnia saecula;
Deum verum de Deo vero;
natum, non factum;
ejusdemque substantiae qua Pater est;
per quem omnia facta sunt;
qui propter nos homines et propter nostram salutem descendit,
incarnatus est de Spiritu sancto, in Maria virgine homo factus,
crucifixus pro nobis sub Pontio Pilato, sepultus,
resurrexit tertia die secundum scripturas,
ascendit ad coelos,
sedet ad dexteram Patris;
inde venturus est cum gloria judicare vivos ac mortuos,
cujus regni non erit finis.
Et in Spiritum sanctum, Dominum ac vivificatorem
a Patre procedentem,
qui cum Patre et Filio adoratur et glorificatur,
qui locutus est per Prophetas;
in unam catholicam atque apostolicam Ecclesiam.
Confitemur unum baptismum in remissionem peccatorum;
speramus resurrectionem mortuorum,
vitam futuri saeculi. Amen.
Le Credo, à gauche et a droite ainsi que la Basilique de Ste Marie (c xiv Cracovie) expriment la  foi et la confiance. L'église releve nos yeux vers la conception du Royaume des Cieux.
Pour le credo, c'est plus technique et plus difficile. Le mot qui se sit "Nous croyons" en latin et en grec est suivi, en général, par un datif. Donc le credo ne dit pas "Je crois un seul Dieu" mais "je crois en Dieu." Les versions latine et grècque expriment cette confiance.




Nous croyons en un seul Dieu Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre, de toutes les choses visibles et invisibles.
Et en un seul Seigneur Jésus-Christ, Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles, lumière de lumière, vrai Dieu de vrai Dieu ; engendré et non fait, consubstantiel au Père, par qui tout a été fait ; qui pour nous hommes et pour notre salut est descendu des cieux, s’est incarné par le Saint-Esprit, de la Vierge Marie et s’est fait homme ; qui en outre a été crucifié pour nous sous Ponce-Pilate, a souffert, a été enseveli et est ressuscité le troisième jour, selon les Écritures ; qui est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu le Père, d’où il viendra avec gloire juger les vivants et les morts ; dont le règne n’aura pas de fin.
Nous croyons au Saint-Esprit, Seigneur et vivifiant, qui procède du Père, doit être adoré et glorifié avec le Père et le Fils, qui a parlé par les saints prophètes.
Et l’Église, une, sainte, catholique et apostolique. Nous confessons un seul baptême pour la rémission des péchés. Nous attendons la résurrection des morts et la vie du siècle à venir. Amen.

Le credo est un affirmation "universelle" élaborée dans le but d'arriver à un accord sur des questions très difficiles. Ce n'est pas que la doctrine, ni la théologie non plus. Le converti fidèle affirme son engagement et sa confiance personnels ou même affectifs. Le credo devrait réconcilier l'expérience qui entame une conscience spirituelle avec les doctrines partagées, ou l'interprétation commune des perceptions fondamentales soit intellectuelles soit affectives..
Le Credo
ou
le Symbole de Nicée Constantinople