La comparaison de Newman et Hooker est intéressante.
Newman a "vécu le xixème siècle" (1801-1890). Il est né anglican. Il était vicaire à l'église (anglicane et évangélique) de St Clément à Oxford. Au début il était évangélique mais il s'est converti au Catholicisme en 1845.
Au sein de l'église Cahtolique il a discuté le magistère, c'est à dire l'autorité de l'église par rapport à la doctrine enseignée. Il était Catholique loyal et orthodox mais certains le soupçonnaient et il ne s'entendait pas toujours très bien avec l'hierarchie de l'église Catholique en Angleterre.
D'après Newman le consensus fidelium laissait ouverte une réflexion sur la tradition, mais le magistère (la tradition, l'enseignement ou la doctine Catholiques) était contraignant. Quand Newman  étaient moins perturbé par Darwin que les anglicans de l'époque. Ci dessous un extrait sur l'intervention de Samuel Wilberforce évêque d'Oxford :
Quelques années plustard Newman écrit
The Oratory Bm May 22/68

Cher Chanoine Walker
J’ai bien acheté le livre de Smith sur le Pentateuch comme vous me l’avez proposé, et ce que j’ai lu m’intéresse beaucoup - mais ma lecture incomplète ne me permet pas de bien évaluer la totalité, (W. Smith, Le Livre de Moïse ou le Pentateuch et son autorité, sa Crédibilité et la Civilisation, Londres 1868). J’ai également bien reçu l’ouvrage de M Beverly mais sans le chapitre supplémentaire. Je vous prie d’exprimer ma reconnaissance à l’écrivain inconnu  (la théorie de Darwin sur la Transmutation des species examiné par un diplômé de l’Université de Cambridge, Londres 1868). C’est un examen exact et exigent de la théorie de Darwin - et il démontre, comme nous l’attendions, les points qu’il faudrait clarifier pour le faire cohérent. Je suis vraisemblablement moins réticent par rapport à la théorie que lui, - et il me semble qu’il soit parfois sévère envers Darwin alors qu’il pourrait  l’interpréter avec une certaine gentillesse. Il ne me semble pas qu’il s’ensuive qu’on nie la création parce que le Créateur, il y a des millions d’années, donna des lois à la matière. La création de la matière était suivie de la création des lois - des lois qui devraient la construire avec sa beauté merveilleuse - la réglementation précise et l’harmonie de ses éléments constituants étape par étape. Nous ni nions ni circonscrivons le Créateur, parce que nous proposons qu’il a créé l’âme humaine avec sa motivation, compte tenu de son don créatif. Donc nous ne nions point et nous ne circonscrivons point sa puissance si nous proposons qu’il donna à la matière les lois qui, par raison de l’instrumentation aveugle préparèrent et construisirent la monde comme nous le voyons à travers des siècles innombrables. Si Monsieur Darwin s’oppose à la vérité révélée par rapport à tel ou tel point de sa théorie, c’est une autre question - mais je ne vois pas que le principe de développement, ou ce que j’appelle la construction s’y oppose. Quant au dessin divin, n’exemplifie-t-il pas la sagesse et le dessin infiniment incompréhensibles et merveilleux en imposant certaines lois sur la matière il y a des millions d’années, qui ont sûrement donné effet  à travers les âges aux développements toujours souhaités ? Il s’ensuit, donc que la théorie de Monsieur Darwin ne serait pas nécessairement athée soit elle vraie ou non. Il se peut qu’elle ne soit qu’une idée plus développée par rapport à la prescience et la capacité divines.  Peut-être votre ami trouve des indices plus sûrs que le mien car je n’ai jamais étudié la question et je ne vois pas que l’évolution  accidentelle des êtres organiques soit opposée au dessin divin - elle est accidentelle chez nous mais non pas pour Dieu.

Most sincerely yours in Xt  John H Newman

P.S. Le principe de génération, pourquoi ne serait-il pas athée si celui de développement l'est ?  Si le principe de développement était athée pourquoi pas celui de la génération ? Si nous ne savions pas le principe que les spécies et les races se succèdent à partir d'un couple, nous dirions que la théorie contredirait la doctrine de la création. Nous pourrions donc proposer une recontre par hasard et le mariage de deux personnes ou que les rélations pécheresses pourraient faire en sorte que le Tout Puissant crée une âme à tout moment. Donc ce n'est pas que le corps mais c'est également l'âme qui n'est pas créée mais elle est la conséquence accidentale de la volonté humlaine etc,

Why is not the principle of generation atheistic, if that of development is? Did we not know the fact that species and races are drawn out in succession from one couple, we might say that it was a theory inconsistent with the doctrine of creation. And à fortiori, it might be urged, ‘here the accidental meeting and marriage of two persons, or the sinful intercourse, will oblige the Almighty to create a soul at any moment.’ Therefore (not only not the body, but) the soul is not created, but is the accidental consequence of the human will, etc. etc. (http://inters.org/Newman-Scarborough-Darwin-Evolution)
Suite aux contributions de certains intervenants rhétoriques (limitées par Henslow (le président) qui n’acceptait que les interventions scientifiques) l’évêque d'Oxford s’est levé selon la volonté du public. Lévêque d'Oxford, Samuel Wilberforce, s’est vigoureusement exprimé pendant une demie heure avec un enthousiasme inimitable de vacuité  et d’injustice » d’après Hooker
"Il a ridiculisé Darwin avec un volonté maline et il s’est moqué cruellement de Huxley, toujours en parlant doucement mais d’une manière persuasive et élégante.  … D'une manière sarcastique floride il nous a assurés que l’évolution ne comprenait rien de sérieux, que l’idée de l’évolution était sans justification, que les pigeons étaient comme ils avaient  été depuis toujours. Enfin s’adressant a son antagoniste avec une insolence inappropriée, il demandait à l’orateur s’il réclamait un singe comm ancêtre de coté de son grand-père ou de sa grand-mère.

Hooker, qui élaborait les trois principes : les écritures, La raison et la tradition écrit :

Les "adeptes" de Rome avouent que les écritures ne sont pas suffisantes, comme si, sans l'ajout des traditions, les écritures ne comprennent pas la totalité de la vérité revélée et surnaturelle qui est nécessaire ... dans cette vie pour être sur du salut dans le monde à venir....... nous devrions être très attentifs de ne pas attribuer aux écritures une autorité non justifiée, de peur que l'incroyabilité de l'attribution de la proposition n'ait pas pour conséquence que l'estimation justifiée des écritures  ne soit pas estimée avec moins de révérence.
Ecc Polity Livre 2 p. 167
(La traduction conserve la syntaxe difficile de la version originale)
Cette page raconte sur la gauche,  le débat sur l'évolution et la lecture littéral(iste) de la Bible. Samuel Wilberforce, l'évêque d'Oxford ridiculise Darwin. Dans le xvième siècle Hooker avait déjà élaboré les principes des écritres, de la raison et de la foi, et il savait qu'on ne pourrait pas attribuer aux écritures un autorité non justifiée.
Sur la droite Newman comprenait très bien la philosohpie. Ce quon appelle "le débat sur la Bible" n'était ni nécessaire, ni - en arrière pensée, appropriée.
Le débat sur la Bible dur xixème siècle.
Une léçon pour nos jours.