Parmi nos objectifs nous cherchons à encourager les désaffectés ou les incertains en interprétant le langage de la théologie. Le mariage pour tous est contentieuse parce que les liturgies traditionnelles définissent le mariage comme l'union d'un homme et d'une femme avec l'ajout de la création des enfants. Il y a un décalage parce qu'une partie de la population comprennent le mariage comme une déclaration de l'amour et un engagement de deux personnes l'une envers l'autre.

Par le passé, la doctrine du péché originel exprimée dans la liturgie baptismale du livre de la prière commune était perçue comme offensive. Les mères des nouveaux nés disaient que leurs bébés étaient sans péché. Elles exprimaient leur amour des nouveaux nés.
On faisait de son mieux pour expliquer la tradition de l'église et de son développement. Certains parents ne pouvaient pas comprendre ou ne voulaient pas comprendre. En outre, plusieurs générations ont grandi sans connaissance du vocabulaire spirituelle ou de la spiritualité comme aspect universel de la nature humaine.
Ce n'est pas le cas que toute spiritualité soit chrétienne mais le Christianisme reste une explication importante (parmi d'autres) de l'expérience spirituelle de l'humanité.
Récemment  une journée d'étude s'est tenue sur le baptême. Nous avons proposé une perception d'autrefois non pas pour la présenter comme normative mais parce que le baptême, un rite d'initiation, était également une initiation au langage et aux traditions de notre société.
Il y a quarante ans, en préparant un recueil d'articles sur l'éducation et la religion, nous discutions la perte d'une métaphysique agréée. Il va de soi que le retour au discours commun associé serait irréalisable et même risqué, sinon malhonnête. Toutefois l'écart de l'église et de la société mérite un examen par rapport à la naissance ainsi qu'au mariage. 



La Tradition populaire
et
l'alphabétisme chrétien
(deux pages à lire ensemble)
En juin 2013 un article dans le Daily Telegraph décrivait le développement d'un "nouveau style" de service pour le baptême des enfants. La liturgie est moins révolutionnaire que le style. Dans l'église il y a des ballons alors que les invités prennent place pour un banquet de célébration. Malgré la perte des congrégations dominicales, on constate que les baptêmes sont plus nombreux. Certains couples non mariés perçoivent le baptême comme une cérémonie qui replace le mariage, bien que les parents ne connaissent pas bien la tradition chrétienne.
Dans l'église, certaines conregations s'adaptent - parfois avec des baptêmes qui remplacent les réceptions familiales, y inclus le champagne et un repas.

On perçoit les baptêmes comme une célébration de la naissance d'un enfant et pour rendre grâce à Dieu.

Ce site présente une théologie ouverte parce que le contexte de notre spiritualité évolue alors que les chrétiens doivent présenter la foi et sa doctrine d'une manière compréhensible. Pourtant nous nous efforçons d'équilibrer le respect de la tradition et les exigences de notre génération. La théologie ouverte entame également la pratique, la liturgie et la prière ouverte. La prière n'est pas qu'une liste des courses, c'est à dire l'expression de nos souhaits, car on doit méditer la providence de Dieu, l'Incarnation et la naissance et la vie nouvelle telle qu'elle à été perçue à travers les siècles.

Par le passé, certains présupposés étaient différents. Les liturgies des rites de passage devraient exprimer les réalités "contemporaines" sans être coincées par les caprices.



-
Le baptistère St Jean de Pointiers IVème siècle
Page 2