La fête de Noël Présente quelques difficultés. Dans les pays anglo-saxons ou germaniques la fête, avec ses célébrations, ses repas copieux etc. commence avant le jour de Noël dans l'imagination populaire. Les crèches "populaires" ou même paroissiales présentent la terminaison de la fête avant l'Epiphanie. Les  figurines des Mages et des bergers sont déjà arrivés dans l'étable. C'est bien qu'on célèbre, mais il nous manque l'interprétation théologique  des évènements.
Cette page cite le texte de la visite des bergers, en particulier le verset 19. La Mère de Jésus cherchait le ses des événements. C'est à dire que le conte de la nativité invite les lecteurs à connaître la vie du Christ avec les conflits et la souffrance et ça au moment de sa naissance.  
15Or, quand les anges les eurent quittés pour le ciel, les bergers se dirent entre eux : « Allons donc jusqu’à Bethléem et voyons ce qui est arrivé, ce que le Seigneur nous a fait connaître. » 16Ils y allèrent en hâte et trouvèrent Marie, Joseph et le nouveau-né couché dans la mangeoire. 17Après avoir vu, ils firent connaître ce qui leur avait été dit au sujet de cet enfant. 18Et tous ceux qui les entendirent furent étonnés de ce que leur disaient les bergers. 19Quant à Marie, elle retenait tous ces événements en en cherchant le sens. 20Puis les bergers s’en retournèrent, chantant la gloire et les louanges de Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, en accord avec ce qui leur avait été annoncé. 21Huit jours plus tard, quand vint le moment de circoncire l’enfant, on l’appela du nom de Jésus, comme l’ange l’avait appelé avant sa conception.
Luc 2: 15-21
Comme  Thucydides l'historien grec partageait le deuil des parents des morts de la guerre,  en écrivant (ou modifiant) le discours de Pericles,, les contes de la nativité de Jésus comprennent des aspects qui ne sont pas littéralement historiques. En ce cas, c'est intéressant que les deux contes dans les évangiles de St Luc et de St Matthieu sont très différents avec plus ou moins le même objectif. Le but, c'était le partage des bonnes nouvelles, celles de la nativité du sauveur du monde. En revanche les lecteurs non initiés ne sauraient pas que des errances doctrinales dites hérésies comprenaient des aspects secrets (et notre site est destiné aux non initiés pour mieux présenter le Christianisme).
Pour le thème, c'est ce que nous appelons l'incarnation, c'est à dire que le verbe s'est fait chair - un concept difficile. En retournant sur la page précédent ou en avançant à celle sur la gnose les visiteurs découvrent les développement doctrinaux et conceptuels qui accompagnaient l'Incarnation. 

1Au commencement était le Verbe, et le Verbe était tourné vers Dieu, et le Verbe était Dieu. 2Il était au commencement tourné vers Dieu.3Tout fut par lui, et rien de ce qui fut, ne fut sans lui. 4En lui était la vie et la vie était la lumière des hommes, 5et la lumière brille dans les ténèbres,
et les ténèbres ne l’ont point comprise. 6Il y eut un homme, envoyé de Dieu : son nom était Jean. 7Il vint en témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous croient par lui. 8Il n’était pas la lumière, mais il devait rendre témoignage à la lumière. 9Le Verbe était la vraie lumière qui, en venant dans le monde, illumine tout homme. 10Il était dans le monde, et le monde fut par lui, et le monde ne l’a pas reconnu. 11Il est venu dans son propre bien, et les siens ne l’ont pas accueilli. 12Mais à ceux qui l’ont reçu, à ceux qui croient en son nom, il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu. 13Ceux-là ne sont pas nés du sang, ni d’un vouloir de chair, ni d’un vouloir d’homme, mais de Dieu.
14Et le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous
et nous avons vu sa gloire,cette gloire que, Fils unique plein de grâce et de vérité, il tient du Père.
1
19Quant à Marie, elle retenait tous ces événements en cherchant le sens.


Les exigences doctrinales de Noël
Que croyons-nous ?

Trois versets difficiles de l'évangile selon St Luc cpt. 2 questionnent la joie tout court qui accompagnait le naissance de Jésus. Syméon donne suite à son chant face à l'étonnement des Parents de Jésus :  
33 Le père et la mère de l’enfant étaient étonnés de ce qu’on disait de lui. 34Syméon les bénit et dit à Marie sa mère : « Il est là pour la chute ou le relèvement de beaucoup en Israël et pour être un signe contesté 35– et toi-même, un glaive te transpercera l’âme ; ainsi seront dévoilés les débats de bien des cœurs. »

La lecture biblique n'est pas que la lecture d'un conte. La vie du Christ comprend une théologie fondamentale. Nous étudions les évenements "joyeux" en sachant que la joie s'agit plutôt de la rédemption de l'humainté que de la naissance en tans que telle.