Catéchèse, découvert et spiritualité
Christianisme, Histoire, Diversité
Par le lointain passé être croyant, c'était partager la religion d'un pays ou d'un territoire. L'expression cuius regio eius religio était utilisée par Joachim Stephani en 1612 comme résumé de la Paix d'Augsbourg 1555.
La carte illustre le principe suite au traité de Westphalie qui marquait la fin de la Guerre de trente ans. La tolérance au niveau européen n'apportait pas la liberté de croyance et de conviction : Art 9 CEDH
Appartenir, c'est découvrir qu'on croit malgré tout.  S'engager à la tradition, ce n'est pas être marionette. Les groupes religieux sont des endroits de débat car il va de soi que la foi est vivante. Certains Chrétiens pratiquent malgré tout en reconnaissant l'intégrité de la communauté à la recherche de la vérité mystérieuse. Le modèle, c'est être à la recherche de la vérité avec des paramètres partagés. Personne ne monopolise la vérité car une vérité monopolisée ne serait plus vraie. Toutefois une espérance partagée n'existerait pas un partage  fondamental des convictions primordiales 
La liberté religieuse entame la conviction d'être à l'aise dans une tradition, une église ou une organisation religieuse. Le point de départ ne serait pas la religion transmise par une église ou par une autre "organisation religieuse" mais plutôt la détermination et la conviction.

Quant à ce site, nous partageons un point de vue chrétien qui est le nôtre. Le point de départ, c'est l'expérience vécue, mais on vit son expérience dans un contexte. La spiritualité est dynamique, vécue oui, mais également vivante. La spiritualité et la prière sont toujours respectueuses des autres grandes religions et des individus avec qui nous partageons la vie de notre communauté.

  • Nous ne sommes pas un regroupement œcuménique, car l'œcuménisme est déjà connu. Nous accueillons tout Chrétien qui voudrait partager une spiritualité qui suscite l'intérêt à l'autre.
  • Aucune conversion n'est attendue, donc l'accueil des adhérents d'une tradition quelconque serait l'opportunité d'une "sensibilisation" à certains aspects du fait religieux.
  • La vérité est importante en tant que telle. Pourtant on ne prescrit point une seule verité, car la religion exprime notre humanité commune ainsi que ls convictions personnelles ou sociétales.

Le mystère de la connaissance spirituelle n'est pas susceptible au pick and mix ou la séléction des idées préférées quelconques. On doit s'engager à une communauté de conviction avec sa diversité créative