La lecture de l'Évangile St Marc i: 9-15
Premier dimanche de Carême 2015
Le Baptême du Christ et le royaume des cieux
Le théologien anglais, C.H. Dodd écrit qu'il faut comprendre "les meubles mentaux," c'est à dire l'ambiance imaginée d'une époque. Au début de notre ère les Juifs attendaient l'apocalypse, la fin du monde. C'est possible que Jésus, le fils incarné de Dieu, s'est trompé là dessus. (Voir le cadre sur Charles Gore)
D'après Marc xiii : 24- 26 Jésus dit :
24 Mais en ces jours là, après cette détresse, le soleil s'obscurcira, le lune ne brillera plus, 25 les étoiles se mettront à tomber du ciel et les puissances qui sont dans les cieux serons ébranlées, 26 Alors on verra le Fils de l'Homme venir entourée des nuées, dans la plénitude de la puissance et dans la gloire. 27 Alors il enverra les anges et des quatre vents de l'extrémité de la terre à l'extrémité du ciel, il rassemblera ses élus.
En verset 30 Jésus dit "En vérité, je vous le déclare; cette génération ne passera que tout cela n'arrive 
En Angleterre médiévale les illetrés étaient nombreux. Les églises proposaient un tableau du jugement dernier, quand les élus (sur la gauche) seraient reçus dans le royaume des cieux, alors que les les perdu souffriraient le torment éternel. En revanche les textes bibliques attendaient le royaume des cieux, parfois traduit le règne ou le le royaume comme dans le Notre Père.
Les textes juifs ou hébreux étaient moins terrifiant que les tableaux anglais (dooms). On mettaient l'accent sur un banquet aux cieux auquel les invités (en général les initiés) partageraient du pain et du vin. Le banquet serait présidé par le Messie, ou par les Messies d'Aaron (un prêtre) et d'Israël dont la fonction était nuancée vers la fondation vers le royaume ou le gouvernement selon la volonté divin.
Ce royaume (βασιλεια) en grec, marquerait le fin de l'époque actuelle. Nous l'attendons toujours !    
Je regardais dans les visions de la nuit, et voici qu'avec les nuées du ciel venait un Fils de l'Homme... Et il lui fut donné souveraineté, gloire et royauté : les gens de tous peuples, nations et langues le servaient. (Daniel vii : 13 et 14)
(Jésus) se dispute avec les Pharisiens en présumant que David avait rédigé le Psaume cx. Toutefois on remarque qu'il pose une question et qu'il ne fait pas d'observation - de plus c'était une question qui ne pourrait pas être transformée en observation sans proposer une conclusion, dont les critiques rationalistes auraient profité sans hésitation, c'est-à-dire que le Seigneur de David ne pourrait pas être son fils. Nous avons observé d'autres occasions quand les questions posées par Jésus ne pourraient pas être à la base des propositions positives. En effet, il faisait en sorte que les hommes examinassent leurs principes sans proposer de conclusion positive. On devrait suggérer, compte tenu de l'enseignement de Notre Seigneur que s'il avait eu l'intention de traiter les questions littéraires ou celles de la critique, il se serait exprimé la dessus. La révélation, en anticipant la connaissance naturelle de sa divinité, était contraire à sa méthode. L'incarnation était une kénose de Dieu pour se révéler sous les conditions de la nature humaine et d'un point de vue humain. Nous pouvons distinguer ce qu'il a révélé et ce dont il s'est servi. Il était révélateur de Dieu, de son esprit, de son caractère… il révélait les êtres humains pécheurs, leurs besoins, leurs capacités … Il révélait son but de la rédemption (du monde) et il a fondé son église comme moyen de réconciliation des êtres humains avec Dieu jusqu'à toujours, dans la connaissance et dans l'amour … 

Source Lux Mundi Une série d'études de la religion de l'Incarnation : Charles Gore ed.
Article "Le Saint Esprit et l'Incarnation" de Charles Gore
p. 300 Traduction James Barnett
Charles Gore 1889 et la Kénose
Les Principes

Jésus, qui se disait fils de l'homme, était Dieu incarné. En tant que Dieu incarné il a vécu la vie de son époque, avec les connaissances de son époque, on dit la kénose comme Philippiens ii : 5-7
5. Comportez vous aussi entre vous, comme n le fait en Jésus Christ : 6 lui qui est de condition divine n'a pas considéré comme une proie à saisir d'être égal de Dieu. 7 Mais il s'est dépouillé, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes, et reconnu à son aspect comme un homme. 8 il s'est abaissé, devenant obéissant jusqu'à la mort, à la mort sur une croix ...
Des idées complexes sont déjà présentes dans la Bible. La foi est affective, elle n'est pas que des questions conceptuelles qu'elle transcende. Pourtant une foi bien pensée et une théologie bien travaillée facilitent la rencontre de l'autre dans une société diverse.  

Charles Gore, évêque de Birmingham et Oxford qui faisait face aux questions difficiles. L'incarnation représente l'amour de Dieu envers sa création et envers l'humanité.
C'est à noter que Charles Gore était un grand théologien avec des idées "modernes." Le but de ce site n'est pas la prédication des idées reçues d'un foi simple. Les idées Chrétiennes sont complexes. Un Christianisme bien pensé est intéressant pour n'importe qui.
Vous visitez des pages sur Le Royaume des Cieux. Pour les liens vers les trois pages (celle-ci inclus) vous pourriez cliquer sur les liens ci-dessous